L’agence de communication normande ROUGE Safran fête ses 18 ans

15 avril 2020

L’agence de communication Normande Rouge Safran fête ses 18 ans ! L’occasion pour revenir sur son parcours avec sa fondatrice, Sylvie Narbey.

Sylvie, vous fondiez Rouge Safran il y a dix-huit ans. Dans quel état d’esprit étiez-vous a l’époque ? 

Je venais de quitter une agence de communication parisienne de grande renommée avec l’idée de faire un voyage au Tibet qui ne se réalisa que dans le nom que j’avais choisi pour l’agence… Plutôt optimiste même si j’ai commencé seule dans mon appartement à Versailles, j’ai mis en place le logo, la charte graphique, carte de visite, plaquette, site web avec des amis qui ont cru en moi et m’ont accompagné. D’avril à décembre 2002, je rentrais 80K€, puis ce fut l’ascension, en à peine 3 ans j’atteignais les 700K€ ! j’étais euphorique tout me réussissait puisque même enceinte, je signais des contrats, ma dernière fille est née en janvier 2005 ! ROUGE safran s’annonçait sous de beaux auspices.

Pourquoi ce nom, Rouge Safran ?

À l’origine, l’agence devait s’appeler safran communication, mais comme le nom était déjà pris, un ami m’a fait remarquer à juste titre que je devais associer le nom « safran », auquel je tenais, à un adjectif ou un autre nom, sachant que pour moi le safran représente l’épice, le Maghreb, les pays arabes, mais aussi l’Asie, continent de mes origines, et donc des couleurs chaudes. Le safran étant jaune, j’aurais pu en effet m’orienter vers « jaune safran », mais j’ai opté pour le rouge, couleur qui évoque pour moi le dynamisme, la passion, la réactivité, la vitesse, le côté sanguin, chaud et ROUGE safran « sonnait » bien. Preuve en est la première carte de visite que j’ai remise à un prospect, sa réaction a été de me dire « ah je connais votre agence de nom »…

Comment s’explique le choix de s’implanter en Normandie : avez-vous un attachement spécial pour cette région ?

ROUGE safran est née un 2 avril à Versailles rue de Provence ou j’ai vécu une dizaine d’années. Même si je me suis énormément plu dans cette ville royale, ma Normandie, région de mes racines me manquait terriblement. Pari osé, j’ai donc décidé en 2006 d’y retourner pour m’installer à Rouen où j’avais passé une grande partie de mon enfance. Puis il y a 5 ans, j’ai fait le pari d’habiter à titre personnel dans l’Eure, département que j’affectionne particulièrement, comme celui de Manche, par ailleurs. J’ai choisi d’y implanter l’agence dans une grange que j’ai fait rénover pour l’occasion.

Quels ont été les grandes étapes, les grands moments qui ont marqué ces dix-huit ans ?

Les grandes étapes qui ont marqué ces 18 ans ont été de plusieurs ordres :

  • La naissance de ROUGE safran en 2002 que je considère comme ma 3ème fille
  • L’année 2005 qui fut à double titre exceptionnelle, puisqu’elle correspond à la naissance de ma seconde fille Pauline, et à la meilleure année en chiffre d’affaires et résultats que j’ai pu faire 700K€ !
  • 2006, le déménagement à Rouen qui n’a pas été le meilleur moment alors que la crise s’annonçait deux ans plus tard et qu’elle aurait certainement été plus facile à passer à Paris
  • La crise de 2008 qui fut terrible et dura si longtemps que j’ai longtemps eu l’impression de ne jamais en sortir !
  • Une adaptation et une notoriété compliquées en Normandie alors que je ne connaissais personne et n’étais pas considérée du « cru ». 100% de ma clientèle était au départ parisienne !
  • Une autre mentalité, vision, marchés, prix, il a fallu une grande adaptabilité et pédagogie pour expliquer mon métier…
  • 2012 des agences parisiennes qui ont commencé à m’approcher pour fusionner, ROUGE safran a toujours eu de la visibilité. Je n’étais pas prête.
  • A partir de 2015 des moments de questionnement, je suis seule, dois-je le rester ? des propositions à droite à gauche de personnes seules qui voulaient s’associer, un client qui voulait m’absorber, puis des agences parisiennes qui voulaient me racheter
  • Des instants de grande solitude parfois et des questionnements sur le développement de l’agence, stratégie….

Quel bilan tirez-vous de ces dix-huit années ?

Globalement positif ! J’ai beaucoup appris, me suis fait quelques frayeurs. J’ai plutôt bien su rebondir. Je garde comme principes essentiels de ne jamais rien lâcher, travailler, croire en soi, être positif, convaincant, convaincu, aimer son travail, être passionné, fidèle (avec ses consultants, clients, partenaires), avoir des valeurs, de la volonté, être rigoureux, ne pas se laisser aller. ROUGE safran, mes clients, mon expérience m’ont aidé à grandir.

Vous avez fait le choix de vous associer. C’est un tournant stratégique fort, pourquoi l’avoir pris ?

Comme je l’ai dit précédemment des questionnements à partir de 2015, la rencontre avec un chef d’entreprise de notoriété normande qui m’avait alerté : « Sylvie si vous restez seule, vous ne vous développerez pas autant », j’avais fait le tour, envie de voir et apprendre autre chose. Je ne connais pas trop la vie à deux. François a été licencié au moment où je me posais réellement la question, nous devions au début collaborer ensemble au même titre que les consultants qui travaillent pour moi depuis la création de la société et j’ai eu envie de lui proposer autre chose, pourquoi, ne me le demandez pas, je ne savais pas lorsque je l’ai fait, mais une chose est sûre, je fais confiance à mon intuition et je crois que j’ai raison.

Cet anniversaire se déroule dans des conditions spéciales, avec la crise sanitaire. Communiquer est-il toujours une action que les entreprises doivent envisager ?

Tous les moments sont favorables pour communiquer, mais en période de crise, contrairement à ce que les gens pensent cela devient essentiel. Beaucoup se replient sur eux-mêmes, alors qu’ils devraient parler, échanger, discuter, faire part de leurs difficultés, appréhension, compréhension, rassurer leur personnel, actionnaires, clients, prospects, et se faire voir. C’est dans ces moments-là qu’il faut être fort et solidaire !

C’est quoi aujourd’hui une bonne communication ?

Être factuel, ne pas en faire trop, être juste, humble, ne pas raconter n’importe quoi, mais s’exprimer pour informer sur ce que l’on sait que ce soit au niveau commercial, technique, ou autre. Faire part de son, ses expériences pour en faire profiter les autres, penser collectif et non individualiste. Ne pas trop en faire, juste ce qu’il faut.

Dans dix-huit ans, où sera Rouge Safran ?

Toujours là je l’espère avec nos convictions, évolutions, perceptions et des clients qui croiront de plus en plus en nous et qui seront fiers d’être bien accompagnés !